Anaïs Tondeur

Distillat des sols de Paris 

La pratique artistique d’Anaïs Tondeur lie les sciences naturelles et l’anthropologie, la fabrication de mythes et les nouveaux médias, elle crée des récits spéculatifs qui prennent la forme d’installations, de photographies et de vidéos. Diplômée de la Central Saint Martins College of Arts and Design et du Royal College of Arts (2008 et 2010, Londres), le multiple qu’elle propose dans le cadre de Contremarques est né d’une enquête sur les traces d’une odeur : le pétrichor ou l’odeur du sol après la pluie. Souvent perçu comme un phénomène olfactif plaisant, le pétrichor est généralement associé à un paysage de sous-bois, à l’humus ou à la fraîcheur après l’orage.

Néanmoins, il peut être perçu en ville également. Or que dit cette odeur des zones urbaines alors qu’elles sont généralement entendues sans sol ? Les sols sont classifiés par couleurs selon le nuancier internationale Munsell. Ce multiple en propose une traduction olfactive, en décalage avec l’appréhension visuelle du monde sur laquelle s’appuie la science moderne. Pour cela, l’artiste Anaïs Tondeur et l’anthropologue Germain Meulemans ont pisté l’odeur des sols de Paris. De la collecte à la distillation de ces sols, ils présentent par cette installation la première palette olfactive des sols de Paris.